15 janvier 2010

Miss tee-shirt mouillée. 1978


teeshirtmouill_e


Soft and Wet

L'un des meilleurs titres Disco-Funk toutes périodes confondues pour le père Prince.

À la première couvée, point d'œufs pourris à balancer au serpents. Au tout venant Groove s'établit d'or et déjà une manière Princière de trousser des chansons, cette sensation s'affinera au fil des ans et deviendra de plus en plus profonde et cohérente.

Dans ce morceau nous entendons de la musique dite Disco-Funk. Prince œuvre encore dans un style dont les contours sont clairement définis, il n' y a pour le moment peu de problèmes de représentation. (ça veut dire qu'on sait ce que c'est sans avoir besoin de se demander d'où ça vient mon lapin.) Bientôt il nous saura donner l'occasion d'entendre la différence Prince mais cependant jusqu'à l'album "1999" de 1982 nous sommes au cœur de l'adolescence de la musique Princière.

Il conviendra plus tard de revenir sur le déplacement qui s'opéra entre causalité et expressivité bien que des métaphores lascives soient difficile à ne pas débiter autour du passage de l'appropriation organique d'un instrument. ( Je dis n'importe quoi, ne le répétez pas, vous susciteriez la gène et l'incompréhension, et si vous étiez un jour au wc, bien embêté, personne vous donnerez du papier.) Imaginons juste que Prince se mixant son jus de carotte bientôt cela sera à proprement parler aussi sa musique, voilà pourquoi une note de pressing de Dali est un trésor.

Prince est un être profondément communiquant, il fait partie de ses musiciens pour qui chaque note est une occasion de parler, de se faire parler, de se mettre en scène. L'épanchement se voulant sans concessions, les tabous résonnent à ce régime de pensée comme un frein qu'il va s'agir de renverser. Cependant leurs renversements prolongent plutôt de fait, le souci de contrôle du sujet sur la représentation qu'il tente de donner du réel, plus qu'une ouverture vers un possible savoir jusqu'ici obstrué par le voile des tabous. En d'autres termes il y a un abysse abyssale entre la sincérité et la vérité. Le confondre est un écueil pathétiquement courant dans la veine rock'o'poétique du siècle dernier. Non mais, moi je dis les choses, faut pas me faire chier.

Prince ne déroge pas vraiment à cette règle de la confusion entre le "je vais tout vous dire" et "je vais la dire" cependant son esthétique devenant au fil des ans de plus en plus élaborée cette simplification grossière s'atténuera. La création de personnage, le jeu des multiples pseudos ( Camille, Joey coco, the Artist etc etc) sont d'intéressantes tentatives de se jouer de cette problèmatique.

soft_and_wet


Cette printanière ode au joie du sexe est au minimum mignonne à souhait. L'humour rôde gentiment dans ces paroles bien délicates, nous ne sommes pas encore dans "Dirty Mind". Le jeune homme de 19 ans est bien chaste, et il n'y a guère que dans l'ouverture de la chanson qu'il se permet un

  "Hé, beauté, j'ai une canne à sucre
Que je veux lâcher en toi".

Au delà d'un régime spécial, type anti diabétique que pourrait suivre la beauté en question, il n y a pas là de quoi s'émouvoir particulièrement.

Tout cela se déroule sous le haut patronage de l'Amour et si clairement cet amour est convoité parce qu'il est Soft and Wet, le véritable nœud du désir, essence de pléthore de chanson, est une mise en scène de soi comme amoureux. L'amour produit des effets sur le sujet qui en est affecté, certains sont très comiques. L'un des principaux est de transfigurer et ainsi une réduction de sa perception sensorielle peut même arriver à en être souhaité.

"Et tout ce que je veux entendre sont tes doux soupirs d'amour
Tout ce que je veux sentir sont des flammes ardentes (hé, beauté) "


Du moins le personnage que se construit l'amoureux peut prendre plaisir à pareil comportements, voir même s'en vanter. Arrivé tant bien que mal à l'âge adulte le sujet humain est souvent très effrayé de la liberté qu'il a pu conquérir lors de son évolution, le fait de vouloir tomber amoureux et ainsi recréer rapidement une cellule familiale semble une stratégie fort ingénieuse pour ne pas perdre pied devant cette abysse. 
Significatif et amusant dans ce texte au demeurant anodin est le moment ou Prince déclare être effrayé par la perspective d'entendre son nom prononcé par l'être aimé.­

"Comment supporter quand tu dis mon nom? (hé beauté) ".

L'excitation incontrôlable déclenchée à ce redouté moment est un fameux exercice de narcissisme, et cela vient dire sans effet de style tapageur que Prince, avant tout chose est excité par la mutation de lui comme sujet et être dont la vision est forcément flottante, en réalisation souhaitée; à savoir un être porté par l'Amour et par ailleurs baisant gaiement.

Nous ne saurions lui en vouloir.


Posté par lowikdelic à 03:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Miss tee-shirt mouillée. 1978

Nouveau commentaire